Les performances

Les nombreux avantages du tube de cuivre font de l’emploi de ce matériau une solution séduisante, aussi bien pour l’installateur que pour l’architecte ou l’utilisateur.

RÉSISTANCE NATURELLE À LA CORROSION EXTERNEEXCELLENTE TENUE À LA CORROSION EN EAUX NATURELLESFAIBLE CŒFFICIENT DE DILATATIONEXCELLENTE CONDUCTIBILITÉ THERMIQUE FACILITÉ DE MISE EN OEUVRE ET D’ASSEMBLAGETENUE AU FLUAGEFAIBLES «PERTES DE CHARGE»RÉSISTANCE MÉCANIQUE ÉLEVÉE IMPERMÉABILITÉ AUX GAZAUCUN PHÉNOMÈNE DE VIEILLISSEMENTCONDUCTIBILITÉ É LECTRIQUEESTHÉTIQUEPRÉSERVATION DE L’ENVIRONNEMENT
Grâce à sa très grande résistance à la corrosion, tous les matériaux classiques comme le plâtre, la brique, le ciment ou le béton sont sans action sur le cuivre même en présence d’humidité. Toutefois, il faut éviter la proximité de produits ammoniaqués.

installation

Le cuivre présente une excellente tenue à la corrosion vis-à- vis des eaux distribuées (1).
Cette qualité naturelle du cuivre a été renforcée avec l’apparition du procédé de fabrication exclusif SANCO® qui protège le tube de cuivre contre les risques d’initialisation et de développement du phénomène connu sous le nom de “Pitting” en présence d’eaux rendues plus agressives (voir page 6 : le procédé anti-corrosion SANCO®).
De plus, les agents habituels de protection contre le gel n’altèrent pas cette tenue à la corrosion dans les installations de chauffage.
(1) Dont I’analyse respecte les règles de l’Union Européenne (directive n° 98-83/CEE du 3 novembre 1998 et le décret 2001-1220 du 20.12.2001).

Le cœfficient de dilatation du cuivre 16,6 x 10-6 m/m.K étant du même ordre de grandeur que celui du béton (14,0 x 10-6 m/m.K), les déplacements relatifs entre le tube et la chape dans laquelle il peut être incorporé sans fourreau en dessous de 60°C – avec fourreau à partir de 60°C – sont donc négligeables. Il s’agit là d’un avantage déterminant par rapport aux matériaux de synthèse, dont le cœfficient de dilatation est au moins 7 fois plus élevé que celui du cuivre.
L’excellente conductibilité thermique du cuivre, 1000 fois supérieure à celle des matériaux de synthèse, confère à ce métal des qualités exceptionnelles pour les échanges thermiques.

Le cuivre est un métal particulièrement malléable, ce qui permet de le façonner facilement et rapidement. L’installateur va donc trouver une grande liberté dans l’exécution des tracés. A titre d’exemple, le rayon de cintrage minimum d’un tube de cuivre, façonné à l’aide d’outils appropriés, est deux fois moins important que celui d’un tube en matériau de synthèse. L’aptitude du cuivre au brasage et au sertissage autorise la mise en place de raccordements fiables, étanches et économiques, quelles que soient les particularités du chantier, à l’aide d’outillages simples à mettre en œuvre.

La tenue au fluage du tube de cuivre (pression admissible en fonction de la température) est exceptionnelle. Il résiste en effet, sans dommage et quel que soit le temps d’exposition, à des températures bien supérieures aux températures normales d’utilisation dans les habitations. Ainsi, par exemple, la pression admissible dans un tube recuit de diamètre 22 x 1 mm dont le fluide serait porté à 100°C est de 40 bars. Elle serait de 100 bars dans un tube recuit de diamètre 10 x 1 mm. Le cuivre conserve donc toutes ses qualités pour des températures de réseaux de chauffage qui peuvent parfois dépasser 80°C.
tableau-pression-utilisation
Il est possible d’obtenir avec le cuivre des états de surface particulièrement lisses, ce qui diminue les forces de frottement générées entre le tube et le fluide en circulation. Dans l’échelle de référence de rugosité des surfaces, la face interne du tube de cuivre SANCO® se situe au niveau du “poli miroir” (Ra = 1/10ème de micron). Ces faibles “pertes de charge” (inférieures à celles de la plupart des autres matériaux de canalisation), combinées à la bonne résistance mécanique du cuivre, permettent d’optimiser le diamètre des canalisations et leur encombrement, procurant ainsi un avantage économique et esthétique considérable.
La résistance mécanique du tube de cuivre est importante puisque la charge à la rupture varie de 220 MPa pour du cuivre recuit, 250 MPa pour du cuivre demi-dur, à plus de 290 MPa pour du cuivre écroui. Par ailleurs, quelle que soit la température ambiante à laquelle le tube de cuivre est exposé, ses caractéristiques mécaniques restent constantes, par comparaison aux matériaux de synthèse dont la sensibilité aux variations de température nécessite certaines précautions et, par conséquent, des difficultés et des pertes de temps lors du façonnage. Les tubes de cuivre présentent, en outre, une bonne résistance aux chocs, ils résistent naturellement au feu classement (M0) et sont inattaquables par les rongeurs.
Le tube de cuivre présente une imperméabilité absolue aux gaz, et en particulier à l’oxygène, ce qui évite l’oxydation des ensembles métalliques composant l’installation (chaudière, chauffe-eau, ballon). Cette étanchéité aux gaz est indépendante de la température et se conserve dans le temps, contrairement aux matériaux de synthèse.

Par nature, le cuivre est insensible au vieillissement sous contraintes et dans le temps. De plus, les rayonnements infra-rouges et ultraviolets n’ont aucun effet sur lui, ce qui en fait le matériau idéal pour la pérennité des installations sanitaires et de chauffage.
Le cuivre est, après l’argent, le meilleur conducteur électrique. Dans chaque bâtiment, le conducteur principal de protection, la borne principale de terre et les canalisations en cuivre des installations de distribution d’eau sanitaire chaude et froide, de chauffage central, de climatisation et de gaz, doivent être connectées à la liaison équipotentielle principale, conformément à la norme NF C 15 100 Article 411.3.1.1.
Les tubes de cuivre sont plus fins et leurs raccords plus discrets que ceux en acier ou en matières plastiques. Les traitements d’aspect, comme la peinture, qui ne posent aucun problème sur le cuivre, peuvent s’intégrer à l’installation sans nuire à la décoration.
Le cuivre a l’avantage de se recycler intégralement. Il contribue ainsi à préserver l’environnement et les ressources naturelles. Le cuivre s’inscrit naturellement dans un processus de développement durable et dans la démarche environnementale de l’Industrie de la Construction. Le cuivre est le premier matériau de canalisation pour l’alimentation des réseaux d’eau sanitaire et de chauffage à faire l’objet d’une fiche de Déclaration Environnementale et Sanitaire (FDES). Cette FDES s’intitule « Tube de cuivre pour la distribution d’eau sanitaire chaude ou froide et chauffage dans une habitation.
Pour en savoir plus, consultez le site www.inies.fr.
MENU