Élimine 95% des bactéries

“Le cuivre élimine 95% des bactéries*!”

Aussi bien dans l’habitat collectif que privé, les installations sanitaires peuvent être des terrains de prédilection pour le développement des légionelles. Si l’on peut considérer qu’actuellement aucun système de canalisations n’offre une protection totale contre ces bactéries, force est de constater que ces organismes se développent plus difficilement dans les canalisations en cuivre. C’est ce qui ressort des études du KIWA(1), un institut de recherche indépendant et internationalement reconnu pour son expertise dans le domaine de l’eau.

La légionellose est une affection des poumons, qui touche surtout des sujets vulnérables comme les personnes âgées, les fumeurs ou les patients des hôpitaux et peut être mortelle dans plus de 10 % des cas.

Une installation sanitaire bien conçue où les bras morts sont évités, où la température reste élevée dans tous les points du circuit, peut considérablement diminuer le risque de légionellose, mais, le matériau de canalisation joue également un rôle important. L’institut KIWA l’avait déjà démontré en publiant, en 2003, les résultats d’une étude réalisée sur une installation test pendant près de deux ans.

* Novembre 2008, Health Estate Journal, étude de 18 mois menée à l’hôpital Selly Oale de Birmingham Hospital (Royaume-Uni).
(1) Kiwa Water Research,

Dans le prolongement de cette étude, une nouvelle expérimentation a été menée sur l’influence de la température en comparant métaux (cuivre et acier inoxydable) et matériaux de synthèse (PER et PVC-c).

Le modèle expérimental reconstitue, à l’aide de 15 mètres de canalisations, une installation sanitaire dans ses conditions d’usage courant : circulation de l’eau, puisage, etc. Les conclusions de ce nouveau rapport sont très favorables au cuivre. Le KIWA constate en effet qu’il existe très peu de différence entre les matériaux étudiés à l’exception notable du cuivre.

  • Première particularité observée : il a été extrêmement difficile de maintenir en vie les bactéries introduites dans les canalisations en cuivre. L’injection répétée de bactéries à des doses très supérieures à celles des autres matériaux a été nécessaire.
  • Deuxième constatation : l’influence de la température. Dès 25°C (en sortie de mitigeur), le cuivre a une influence que les autres matériaux n’ont pas.Cette température n’induit aucun effet favorable avec l’acier inox, le PER et le PVC-c, tandis que les bactéries ne sont déjà plus décelables dans le réseau en cuivre.
  • Mieux, l’étude a prouvé que, jusqu’à une température de 55°C (toujours au niveau du point de puisage), le cuivre est le seul matériau pouvant induire un effet bactéricide. À cette température, l’effet de choc thermique est efficace jusqu’à éradiquer totalement la bactérie dans les canalisations en cuivre. Avec les autres matériaux, il faut atteindre au minimum 60° C pour que le choc thermique soit efficace.

| LA SEULE PROTECTION PASSIVE POUR UN USAGE DOMESTIQUE

Pour les installations domestiques où la température de l’eau chaude sanitaire ne doit pas dépasser 50°C au point de puisage dans les pièces destinées à la toilette et 60°C dans les autres pièces(2), cette étude du KIWA fait clairement apparaître que le choix du matériau a son importance.

Les bactéries légionelles ont en effet été détectées régulièrement au cours de ces dernières années dans des installations privées et, dans certains cas aux Pays-Bas, il a été question d’une identification en tant que source d’infection. Même si le risque, pour les installations domestiques, n’est pas jugé primordial par les autorités, le cuivre, dans ce contexte, peut tout à fait être considéré comme une protection passive efficace.

| DES EFFETS RECONNUS POUR D’AUTRES BACTÉRIES

Au-delà des conclusions très positives établies par le KIWA depuis un certain nombre d’années, la littérature scientifique sur le sujet fait état d’un effet généralisé du cuivre sur un nombre important de facteurs biologiques. Une thèse bibliographique(3), récemment publiée à la faculté de Pharmacie de Paris 11, a montré que les canalisations en cuivre ont des effets sanitaires importants, par comparaison avec d’autres matériaux. L’effet inhibiteur est démontré sur un certain nombre de bactéries pathogènes (E. Coli O157, Legionella pneumophila, Mycobacterium avium, Aeromonas hydrophila) et des recommandations sont même effectuées en faveur du cuivre pour prévenir la croissance de ces organismes.

(2) Selon l’arrêté du 30 novembre 2005 publié au J.O. du 15 décembre 2005.

(3) “Influence du cuivre sur les biomasses microbiennes dans les canalisations d’eau”, Mlle V. Lé, sous la direction du Pr. Y. Levi. Faculté de Pharmacie, Université Paris Sud 11, juin 2008.

 

mains

MENU